Blogue‎ > ‎

La photo haute vitesse, Par: Daniel St-Jean

publié le 28 mars 2016 à 07:48 par Daniel St-Jean
Afin de résoudre les problèmes d'exposition liés à un éclairage en lumière continue et de synchronisation de l'appareil au flash, il est possible d'opter pour l'approche open flash. 


Le principe est très simple. Pour que la totalité du capteur de votre appareil reçoive toute la lumière émise du flash à des temps de pose très courts (plus rapides que la synchronisation actuel des boîtiers) il suffit de vous mettre dans le noir total. Lorsque le studio de prise de vue est plongé dans le noir total, avec un temps de pose de 3 à 4 secondes et un coup de flash d'une durée de 1/13000 de seconde qui vient éclairer votre sujet le mouvement est figé.

Avec cette technique c'est uniquement la lumière émise par le flash qui intervient dans l'exposition de l'image. Le problème de synchronisation d'obturateur ne se pose plus. Le flash peut être déclenché à la main, en déporté grâce au bouton test qui se trouve à l'arrière.

Évidemment il faudra multiplier les essais avant de pouvoir faire concorder le déclenchement du flash avec le moment précis ou l'objet tombe dans le liquide ou se brise. Oublier la rafale, car le temps de recyclage du flash est beaucoup trop long.

Synchroniser le coup de flash avec le moment précis de l'action. 
Il faut maintenant se pencher sur le problème de la synchronisation de l'éclair avec le moment précis de l'action que vous souhaitez photographier. Se lancer au hasard est très vite démoralisant. S’il est possible d'y arriver avec l'entrée d'un objet dans un liquide, l'opération devient impossible pour pouvoir figer l'explosion d'un ballon d'eau par exemple.

Il existe à ma connaissance différentes marques de boîtiers de synchronisation haute vitesse qui rendent le travail plus facile. Dépendamment du fabriquant choisi, il existe différents capteurs, de son (utile pour synchroniser sur une explosion), de lumière associé à un émetteur infrarouge pour mettre en place une barrière infrarouge, un capteur de vibration (synchronisation sur un choc par exemple), un capteur d'ouverture, un émetteur laser et un capteur de gouttes, un capteur de lumière vive, pour capturer les éclairs par exemple. Malheureusement tout les capteurs ne sont pas disponibles ni interchangeables sur tout les boîtiers.

Pour ma part, j'utilise le Triggersmart de Sabre Swich c'est distribué par Quantum et vendu chez Lord Photo. C'est un petit boîtier pas très dispendieux mais qui atteint vite ses limites, car il ne dispose que de trois modèles de capteurs, (son, lumière, infrarouge).

Le nec plus ultra dans ce domaine semble être le Multi Pilote Pro. Ce boîtier permet de synchroniser toute une panoplie de capteurs, qui réagiront avec un évènement précis, avec un jeu de flashs. Il dispose de 2 entrées pour les capteurs et de 4 sorties. Les connexions se font en filaire avec de simples prises jack. Il est donc très simple de multiplier à l'infini les entrées et les sorties avec des doubleurs. Donc pour être précis, le contrôleur peut gérer 2 groupes en entrée et 4 groupes en sortie.
Comments